AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 :: High School :: Bâtiment III :: Salles de classes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I watching you ☆ Milán

avatar
★ (Time Left) : 48
Puissance bleue
Voir le profil de l'utilisateur




Gwendolyn Ellis
Puissance bleue
Dim 21 Aoû - 12:09

I watching you,
You watching me...

ft. Milán

Tu t'ennuies encore en cours, tu as l'habitude étrangement de revoir ce cours dans de même version. Cela fait combien de temps déjà, depuis toujours n'est-ce pas. Tu ne te pauses aucune question et tu agis au jour le jour, comme tout le monde. Pourquoi cela devrait être différent ? Tu ne te poses pas la question, encore et encore, tu oublies et refais les mêmes schémas, tu deviens peut-être parano à force. Ces cours sont justes chiants pour toi, t’ose simplement pas te l'avouer ma grande. La seule chose de passionnante dans ces cours, c'est lui. Cet garçon aux cheveux châtains ayant toujours l'air impeccable et propre sur lui. Il fait toujours attention à sa coupe de cheveux ? Où ses vêtements ? Tu paries qu'il va à la laverie tous les deux jours pour ne pas à avoir utilisé ses pantalons deux fois. Tu le regardes encore, sans sourire, sans rien d'autre que ton regard qui cherche le sien, puis naturellement, tu le détournes lorsque les secondes passées à vous observer se tassent comme des peines à perpétuité sur ton dos. Gwen, t'a l'air ridicule de l'observer sans jamais aller lui parler. S'il te rend curieuse, pourquoi tu ne vas pas lui lancer un « Bonjour! » avec ton sourire habituel, c'est si compliqué ? En plus, tu n'es probablement même pas intéressé par quoi que ce soit, t'es juste intriguée, comme le chat que tu es. Tu lances encore un autre regard pour voir s'il le capte, s'il te capture dans le sien. C'est étrangement amusant, ce petit jeu entre vous. Il cessera un jour, tu le sais, mais pour l'instant, tu en profites.




Gwen parle en #009900
Merci pour l'avatar et la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 732
Arrivants
Dim 21 Aoû - 13:32
I, watching you × ft. Gwendolyn
Timide. Ce n'est pas un adjectif qu'on utilise pour décrire Milán : il est bruyant, joyeux, rentre-dedans. Il n'est pas timide et refuse de croire qu'il l'est dans les échanges qui rythment le cours bien monotone. Docile ? Peut-être. Le renard ne sent pas le besoin particulier de mettre des étiquettes sur ce qu'il se passe quand son regard trouve enfin celui de la demoiselle pour quelques secondes avant que les deux ne retournent à leur occupation première. Tout le monde l'intrigue dans cette salle de classe, tout le monde est nettement plus palpitant que les mots que mâchent soigneusement le professeur et qu'il ne prend même pas la peine d'écouter. Pourtant il n'y a que la miss à la chevelure blanche qui l'intrigue assez avec ce petit jeu pour qu'il se soit jeter dedans quitte à ne plus oser lui parler. Comme bien des choses, il ne comprend pas. Il ne cherche pas à comprendre non plus, il se contente de la regarder puisque c'est la seule chose qu'il soit en mesure de faire pour maintenir le contact. C'est un peu gênant d'avouer qu'il la regarde autant, même quand la pareille ne lui est pas forcément rendue. Il la voit souvent sourire mais quand leur regard se croisent de nouveau, il n'a pas le droit à ce genre d'expression. Il se rassure quand elle cesse de le fixer, se dit que les yeux sont la porte de l'âme ou quelque chose dans ces eaux-là et que s'ils se jugent, se jaugent autant du regard, la miss ne le déteste sûrement pas.
La demoiselle est belle, il ne mentira pas là-dessus. Il se dégage d'elle une certaine élégance qu'il ne saurait reproduire même avec tout le temps passé le matin à se pomponner. Un panache presque sauvage qui donne à la miss un côté irréel comme si elle pouvait s'envoler une fois qu'il aurait le dos tourné, le poussant à s'assurer par leur petit jeu qu'elle est bien toujours dans la pièce. Il la sent d'ailleurs, le chercher. Le renard va donc pour la regarder quelques instants et une nouvelle fois, ça n'ira pas plus loin que ça.
code by lizzou × gifs by tumblr


DANDELION
→ your dream will come true so keep smiling pretty please solosand

amour sur mady pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 48
Puissance bleue
Voir le profil de l'utilisateur




Gwendolyn Ellis
Puissance bleue
Mer 31 Aoû - 22:02

I watching you,
You watching me...

ft. Milán

Tu n'arrêtes pas de le regarder. Arrête. Maintenant, voilà. Détourne le regard. Recroise-le encore. Et encore. Tu n'arrêtes pas pendant presque trop de minutes. Le cours défile comme si tu l'écoutais avec attention et pourtant, non. Simplement que son regard te raconte une histoire. Une histoire que tu es la seule à comprendre, à capter. Une histoire qui te captive. Tu aimerais que ce soit le cas et tu te mords la lèvre en détournant de nouveau les yeux. Ta feuille, gribouillée de notes, ne t'enlève pas de la tête l'image de ses yeux, de son regard. Tu inspires et cherches de nouveau le sien, puis, la sonnerie. L'entre-cours. Ces cinq minutes où même le soulagement se lit sur le visage du professeur. Tu inspires, expires, au rythme des brouhahas qui s'élance dans la pièce, puis tu oses enfin. T'approchant de quelques pas, tu croises son regard, de beaucoup plus près cette fois-ci. Il n'est qu'à quelques mètres, puis bientôt centimètres de toi. Tu empreintes le siège de son camarade de classe parti parlé et tu le regardes intensément avant que le rose ne vienne effleurer tes joues.

► Bonjour?

Enfin un mot, et un sourire le suivant. Tu es contente. Pourtant, le doute t'envahit. Aurais-tu tout brisé ?




Gwen parle en #009900
Merci pour l'avatar et la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 732
Arrivants
Mar 13 Sep - 15:46
I, watching you × ft. Gwendolyn
Le cours défile trop vite et à la fois, trop lentement. Même si les yeux de la demoiselles sont un régal pour les siens, le renard a peur de louper une œillade, de la lasser en n'en faisant pas assez. Il aimerait vraiment croire qu'il la connaît aussi bien qu'il le pense, comme si toutes ces discussions muettes avaient beaucoup plus de sens qu'un autre type d'échange. Le fait de ne toujours pas pouvoir coller un prénom sur ce visage lui montre que non, c'est bel et bien faux. Angela ?Božena ? Cvetka ? Ljubica ? Entre deux regards échangés, monsieur couche ses idées sur papier. Les noms dérivés d'adjectifs viennent noircir ses pages qui ne comportent plus une seule trace de cours. Milán se trouve faible, faible et niais.
Son corps, automatiquement, va pour se retourner et la chercher de nouveau, histoire de ne plus trop penser à ce qu'il peine à avouer. Ceci dit il est freiné par la sonnerie qui lui fait lâcher une bouffée d'air qu'il ne se souvenait pas avoir retenue. Le brun s'avoue vaincu pour cette fois et laisse son voisin de table filer sans demander son reste pour le laisser ruminer en paix. Du moins c'est ce qu'il avait prévu avant qu'elle ne décide de bouger. .. Est-ce qu'elle se rapproche ? Ou est-ce qu'en voulant garder le contact c'est lui qui a bougé ? Aussi confus que fasciné, il met un certain moment à se rendre compte que l'objet de son intérêt est assise juste à côté de lui, les yeux toujours plongés dans les siens. Elle lui a adressé la parole aussi, un simple bonjour avec un tout aussi sobre sourire.. Et pourtant, ça lui a mis le feu aux joues.

Ehh ?

Bravo Mijo, bravo. Il a fait un petit bond au son de sa propre voix qui, soyons francs, est allée dans les aiguës. Le renard est aussi étrangement droit sur son siège, cherchant à s'écarter le plus possible sans pour autant la fuir. Et s'il s'était trompé depuis le début ? Et qu'elle ne le regardait que parce que lui la fixait ? Embarrassé n'est pas un adjectif assez fort pour décrire à quel point le latino est gêné.

Tu m'as dit bonjour..? Oh ! Je suis malpoli, pardon, bonjour aussi.

Il lui offre un sourire un peu forcé qui laisse place à un petit rire désolé. Il n'a besoin de personne pour se jeter à corps perdu dans le ridicule, il le fait parfaitement bien seul et ce moment lui rappelle douloureusement à quel point c'est la vérité.
code by lizzou × gifs by tumblr


DANDELION
→ your dream will come true so keep smiling pretty please solosand

amour sur mady pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 48
Puissance bleue
Voir le profil de l'utilisateur




Gwendolyn Ellis
Puissance bleue
Sam 29 Oct - 20:03

I watching you,
You watching me...

ft. Milán

Tu te sens de plus en plus mal devant ce silence. Bien joué, petite sotte. Tu sens un léger malaise pointé le bout de son nez, mais pire que cela, tu sens la gêne t'envahir. Elle est de plus en plus présente, allant jusqu'à recourber tes phalanges contre tes cuisses et pourtant, tu refuses de perdre ce contact occulaire. Comme si c'était la seule chose qu'il te restait, comme si l'idée même de détourner les yeux auraient tout caché. Alors tu t'obstines, malgré la gêne, malgré le mal être, malgré un tout. Tu t'obstines à le fixer droit dans les yeux, quitte à rendre la situation encore plus malaisante qu'elle ne l'est déjà. Cependant, après une hésitation, tu remarques que ses joues changent légèrement de teinte et cela ne peu que te rassurer, laissant un souffle s'échapper de ta bouche. Tu n'es pas si cruche que cela, au final.

Il semble plus surpris et étonné de ta présence que toutes autres (mauvaises) intentions de sa part et rien que pour cela, ton sourire s'agrandit un peu plus et laissa place à un rire familier alors que le sien semble forcé et gêné. Tu ne peux pas t'empêcher de lâcher ce petit rire niais, comme si le soulagement dépassait même le reste de tes pensées.

► Désolé de rire, t'empresses-tu de rectifier, mais ton visage est tellement amusant et beau à la fois dans ce genre de situation que je ne peux pas m'en empêcher. Tu me rends instantanément bien.

Tu sens une facilité de discussion avec cet inconnu comme s'il s'agissait d'un ami de longue date. Le réconfort et la confiance qu'il t'inspire ne font que suivre ton instinct sur ce même objectif, cette même pensée et ce même ressenti. Ce garçon est quelqu'un de bien, tu en es persuadé. Cela serait le contraire, que toi, tu ne cesserais de croire l'inverse. Alors ton sourire et ton rire ne te quitte pas avant plusieurs minutes, et tu peux enfin respirer de nouveau cette légère bouffée fraiche, ton regard croisant de nouveau le sien et ce sentiment familier t'envahissant une énième fois.  




Gwen parle en #009900
Merci pour l'avatar et la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 732
Arrivants
Lun 7 Nov - 19:06
I, watching you × ft. Gwendolyn
Ça y'est, le renard est officiellement perdu. Il peut comprendre la raison du rire de la demoiselle, après tout la situation est risible. Mais le reste ? Milán est proie à la confusion la plus absolue. A la gêne aussi. Il en dit, des choses embarrassantes. Tous les jours mêmes ! Et dans les grandes lignes il aurait très bien pu reprendre les paroles de la miss. Reste qu'elles sont siennes et qu'elle les a dirigé et braqué, à la façon de son regard, directement sur lui. Il déglutit, les rouge de ses joues se propageant sur le reste de son visage jusqu'à ce que le rire de son obsession se calme pour qu'ils retrouvent la signature de leur relation, à savoir les yeux de l'un plongés dans ceux dans l'autre.  

C'est.. C'est vraiment bien ! Enfin, c'est soulageant ? Je suis content.

Il réussit difficilement à s'exprimer avec ce regard qui a l'air de trop en savoir et sa langue fourche, bute à quelques mots. Le message final n'est pas parfait mais résume au moins l'idée. Puis, qu'est-il censé dire à une personne qu'il a autant regardé mais jamais abordé ? « Je connais plus les touches de couleur dans tes iris que ton prénom, amusant, non ? » .. Un peu trop étrange, même pour lui. Alors il se contente de lui offrir un sourire plus doux et une nouvelle réponse presque murmurée.

Ton regard est apaisant, la plupart du temps.

Et Mijo rigole de bon cœur, parce que même s'il vient d'avouer à quel point la demoiselle peut lui faire peur de temps à autres, il confesse en même temps sa profonde sympathie. Sympathie qu'il ose croire réciproque, à la façon dont le malaise semble finalement retombé après quelques -bien trop longues- minutes. Est-ce qu'ils sont finalement amis ? En tout cas, il lui tend la main avec vivacité, prêt à s'assurer de la réalité du moment par le toucher.
code by lizzou × gifs by tumblr


DANDELION
→ your dream will come true so keep smiling pretty please solosand

amour sur mady pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 48
Puissance bleue
Voir le profil de l'utilisateur




Gwendolyn Ellis
Puissance bleue
Ven 17 Mar - 14:33

I watching you,
You watching me...

ft. Milán


Tu l'observes agir avec une curiosité qui ne te quitte pas, et ceci, malgré la gêne évidente qui est toujours présente. Mais au lieu d'être proche, elle semble lointaine, comme un souvenir que l'on ne pourrait effleurer que par le reflet dans ses yeux. Les siens, en l'occurrence, rappelait ce moment de confiance et d'assurance dont tu manquais cruellement au quotidien. Il te tendait la main, probablement pour se rassurer, lui aussi. Le contact physique... voilà encore quelque chose de nouveau pour toi, après la parole. Pourquoi les êtres humains se devaient de mettre des actes et des gestes sur les mots qui passaient entre leurs lèvres ? Tu n'étais pas tactile, pas le moins du monde, et même pour une poignée de mains, ce geste t'avait fait reculer d'un pas. Pas vraiment reculer, disons que par habitude et crainte, ton pied droit avait trouvé refuge un peu plus en arrière alors que tes yeux s'étaient affolés.

Le silence s'installa de nouveau et ton regard alterna entre le sien et sa main, en proie finalement peut-être, aux doutes les plus instables de ton existence jusqu'à lors. Répondre à cette poignée de mains, engageait-il quelque chose? Par crainte, par stress et par peur, tu ne l'a prit malheureusement pas, restant dans l'incompréhension la plus totale, perdue entre fuir de nouveau de ces avances beaucoup trop accentuée pour toi ou rester et affronter encore une fois tes peurs, comme les quelques minutes auparavant.

Tout ton courage s'était pourtant dissipé. Toi qui avait prit les devant, en osant lui parler, t'approcher, comme on approche une biche que l'on souhaite caresser. Tu avais même ris, au oui, osé rire devant une telle situation, te moquant de toi-même, de votre attitude... et ce regard, ces yeux si confiant te faisait maintenant avoir une pointe de crainte. Tu n'étais peut-être pas prête, pour cela. Il fallait toujours une situation qui te poussait à bout pour oser les contacts physiques. Malgré cela, tu  ne voulais pas le voir fuir. Tu ne voulais pas perdre ce regard, l'intensité de ses iris dans les tiens.

► Gwendolyn.

Un premier pas. La seule chose pour laquelle tu pourrais te retourner dans un couloir ou lors d'une course éfrénée pour fuir ton ombre. Tu venais de lui ouvrir une partie de toi, une partie dont il pourrait se servir pour te retrouver dans un dortoir ou un cours. Tu venais de faire un pas vers lui, malgré le refus de ce contact physique. Tu espèrais qu'il le prenne bien, malgré tout.




Gwen parle en #009900
Merci pour l'avatar et la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 732
Arrivants
Sam 15 Juil - 11:37
I, watching you × ft. Gwendolyn
Le personnage qu'est cette demoiselle est étrange, c'est ce qu'il constate un peu plus quand elle se dérobe à sa main tendue avec la tendresse d'une biche apeurée. Le renard ne bouge pourtant pas, il en a même oublié comment il était censé respirer, happé par cet échange semblant cruellement simple mais qui s'avoue si compliqué. Il est donc là, comme si la seule chose qu'il pouvait faire était de rester, d'exister devant elle car c'était le seul semblant de contact que le corps de l'autre pouvait tolérer. Mis à l'amende, Mijo ne se vexe pas, obéissant à la façon d'un chiot que l'on réprimande pour la première fois. Puis vient son nom, enfin un nom qu'il peut mettre sur cette personne. Tout de suite ses yeux s'écarquillent et le coin de ses joues se creuse pour laisser apparaître un sourire.

Milán.

Réussit-il à répondre, la voix tremblante sous le coup de l'émotion. Il n'arrive même pas à rajouter autre chose comme une indication sur l'écriture, ce petit accent sur son a, ou les surnoms auxquels il répond. Elle lui a donné son nom, il lui offre le sien. Un échange de bon procédé en somme. Mais maintenant que peut-il en faire ? Il trépigne de la croiser dans les couloirs, à ce moment il pourra lever une main timide et la saluer d'un petit "Gwendolyn." Là il peut seulement le répéter dans sa tête, le mâcher pour être sûr de ne pas oublier comment le prononcer.

Enchanté.

L'a-t-elle entendu ? Ce mot est beaucoup plus banal que les autres qu'ils ont pu échanger mais il fait une sorte de résumé voir de conclusion à cet échange vocal car s'il ne peut plus rien dire en voyant la masse d'élèves autour d'eux reprendre place. Mais il se rassure : nul besoin de se parler, ils pourront toujours se regarder du coin de l’œil et ça lui est hautement suffisant.
code by lizzou × gifs by tumblr


DANDELION
→ your dream will come true so keep smiling pretty please solosand

amour sur mady pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 48
Puissance bleue
Voir le profil de l'utilisateur




Gwendolyn Ellis
Puissance bleue
Mer 26 Juil - 16:01

I watching you,
You watching me...

ft. Milán


Tu entendis son nom pour la première fois. Il te rappela le nom d'un pays, parcourut dans les pages d'un livre de la bibliothèque, mais aussi l'originalité de celui-ci te frappa en pleine poitrine. Tu ne voulais pas oublié ce nom, tu pouvais enfin mettre un nom sur ses yeux, ce visage, ces expressions et cette chaleur qui te rendait si muette en temps normal. Dans la nature, les choses se seraient passées autrement. Tu te serais approché, il t'aurait fait la cour, échange de câlins et vous seriez collés l'un à l'autre toute la journée durant jusqu'à la nuit tombée où il partira chasser et-... Tes pensées s'éloignent de la triste réalité. Tu n'es pas un chat,  tu es une humaine qui est sauvage.

Tu penches alors la tête pour observer les bafouillements de ses lèvres et de son sourire qui ne le quitte pourtant pas. Tu restes assez penaude, toi qui ne sourit que rarement. Pourtant, tu aimerais lui rendre ce rictus, en vain, tu n'y arrives pas ou plus. Malgré cela, tu restes à ces cotés et luttes contre cette envie animale de te blottir contre lui.

Redressant ta tête, tu  remarques les autres élèves qui recommence à s'installer et le temps reprend son cours. Tu remarquas alors qu'il s'était arrêté, pour ta part. Clignant des yeux, beaucoup trop déstabilisé par un simple échange vocal aussi banal fut-il, que tu lui souris. Tu souris, pour répondre à ses mots. Enchanté, enchantement. C'était peut-être cela, au final. C'était son pouvoir ? Quelque chose comme ça ? Tu te posais trop de questions et tournais alors les talons pour presque te précipitée à ta place. Là, tu repris tes repères et -presque timidement-, tes yeux cherchaient rapidement les siens, comme pour se rassurer.

Il était toujours là, toujours à sa place. Les choses n'avaient pas, ou presque pas, changées. Cela te rassurait, mais aussi te confortait dans l'idée qu'il n'était pas anodin pour toi. Le silence des mots, c'était quelques choses que tu appréciais partager avec lui.




Gwen parle en #009900
Merci pour l'avatar et la signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nara-shi :: High School :: Bâtiment III :: Salles de classes-
Sauter vers: