RèglementAvatarsPredefinisGuide du nouveauPartenariat
nara-shi
Depuis la nuit des temps, quelque part au fond du monde, se trouve Nara. Nara, petite île qui referme une ville de caractère, réputée auprès des monstres de tout les horizons, et de tout les endroits de la Terre, pour son lycée. Il y accueilles les êtres de la nuit, quels qu'ils soient, pour les former à devenir des êtres exemplaires du monde sombre et effrayant. Du passé, du présent, ou du futur, chacun vient à se côtoyer sur cette île intemporelle où nul ne grandit, nul ne voit le temps passé, et nul ne sait comment expliquer l'étrangeté de cet endroit ... magique. Dans un monde inversé où l'on vit la nuit, comment se passera l'entente entres les races ? Bienvenue à Nara-Shi, le lycée des monstres !
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez|
Je te raconte mon histoire - Dimitri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

★ (Time Left) : 153

★ (Time Left) : 153
Undead

Mer 9 Nov - 18:01
Ancienne Fiche:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

★ (Time Left) : 153

★ (Time Left) : 153
Undead

Mar 19 Sep - 23:52
Dimitri Grinwald (prononcé Grimvald)
AGE : 17 ans
GROUPE : Undead
RACE: Zombies
TEMPS PASSE A NARA : Trois ans
AVATAR: ft. Naki (Tokyo Ghoul)
Situation vis à vis des autres clans/groupes : Dimitri est comme un animal sauvage pour les autres, et avec les autres. Il les évite au maximum, où s'entend avec eux dans la mesure où ils acceptent sa déviance de comportement mental.  
L'altruisme est essentielle pour la survie d'une espèce. Quelqu'un de seul, une race seule, finit par dépérir et se laisser mourir. On a toujours besoin de quelqu'un dans sa vie, au moins une fois. Dimitri a un jour eut besoin de cette personne et ce n'est plus le cas à présent. Il considère que son élan d'altruisme, que sa générosité, que tout ce qu'il avait pu donner de bien dans sa vie, étaient déjà derrière lui. Il n'est donc plus que la « bad side » à présent. En réalité, lorsque vous ne dépassez pas le stade de « connaissances », Dimitri est quelqu'un d'assez sociable. Il parle avec vous, sourit même, propose son aide de temps en temps. Il discute facilement, cependant, dès que vous êtes « trop » proche de lui, une tout autre facette de sa personnalité se dévoile. Froid, calculateur, il n'hésite pas à paraître même hautain pour éloigner les gens de lui, simplement par peur de les blesser... il en vient à les blesser lui-même, allant parfois jusqu'à la blessure à l'arme blanche, ou avec ses propres ongles. Devenant complêtement fou et incontrolable, il trouve quand même le moyen de s'isoler pour reprendre ses esprits. Ceci se produit à chaque fois qu'il croise la personne dite « trop » proche. Lorsque le stade de connaissance se passe, lorsqu'il vous considère comme un ami ou pire, une amante, sa folie prend le dessus, sa phobie, sa peur. Tout passe à travers son regard et ses gestes. Il suffit d'un mot, d'une phrase, pour que ses émotions à votre égard change.

1 ➞ La mélodie douce que lui chantait sa mère. Lorsqu'il entend cette mélodie, que ce soit du son d'une voix ou d'une boite à musique, l'apaisement monte en lui soudainement et il se sent si bien, si relaxé, que s'en est presque une torture de le sortir de ses songes. Sa douce mère était si gentille avec lui, que cette mélodie la représente. Apaisante, douce et chaleureuse. Il pourrait s'endormir dessus comme se calmer d'une grosse colère montante.
2 ➞ Les cris et les larmes remplacèrent rapidement la mélodie douce. Dès qu'il fut en âge de marcher, il put dépasser le stade de la porte de la chambre des merveilles et arriver dans le cauchemar que deviendra son quotidien. Adieu draps bleutés, nuages sur les murs et peluche souriantes. Place au canapé pourri, au sol sale et à la vaisselle crasseuse.
3 ➞ Très vite, marcher était devenu un symbole. Le symbole « d'avoir grandi » et donc aux oreilles de ses parents, cela sonnait comme « être autonome ». Se faire à manger, manger seul, nettoyer tel un petit cengraillon était devenu banal, normal pour lui. Tout devenait plutôt propre, lorsque son père ne jetait pas ses mégots par terre et que sa mère ne prenait pas la peine de se protéger lors de ses menstruations.
4 ➞ Le jour de l'anniversaire de ses six ans, la loi fut de son coté. L'école débuta et il fut vite mit de coté, sans grandes surprises ni de sa part ni de celles de ses professeurs. ses vêtements étaient sales, non repassés et ses cheveux toujours en bataille. Quand on lui posait la question de qui lui les lavaient, il répondait « moi, monsieur » et quand on le complimentait sur son ardeur au travail, il répondait « merci, monsieur » que ce soit un professeur, ou un élève.
5 ➞ Son premier ami s'appelait Françis. S'appelait, parce qu'il est mort. « C'était un accident », concluera le juge, alors que debout dans un tribunal de correction,  il se dressait maladroitement sur ses jambes de garçon d'à peine huit ans. La réalité pourrait probablement être toute autre, mais enfouit dans la mémoire du jeune homme, personne ne le saura probablement jamais même pas lui.
6 ➞ Une dizaine d'année se passe sans grands encombres, surveillé de prêt par le juge d'instruction et par l'assistante sociale, le petit cengraillon reçut une éducation correcte dès lors où sa famille fut suspectée de mauvais traitements sur mineur. Cependant, un amour parental était toujours absent à l'appel.
7 ➞ Dès lors agé d'une vingtaine d'années, diplôme enfin en poche après deux redoublements dans les classes inférieures. La majorité est, pour certains, le signe d'une indépendance, d'un nouveau départ et l'envie d'aller découvrir le monde, ou du moins le monde en dehors de celui  familial. Dimitri quant à lui, adapté et formé, immergé même dans cette structure qu'était la sienne, resta chez ses parents.
8 ➞ Un an déjà qu'il ne fait rien de plus que de s'occuper de son père, incapable de travailler.. L'a-t-il déjà vu travailler au moins une fois depuis sa naissance? Il continue ses tâches ménagères et finalement, petit à petit, sa mère commença à le payer pour ces travaux ménagers. Ainsi donc, Dimitri devint homme de ménage au sein de sa famille.
9 ➞ Son père avait un bon nombre de défaut, mais l'une de ses qualités était sa chance au jeu. Il ne jouait pourtant que rarement. La seule fois où il joua, fut ce jour de novembre. Le loto, le gros lot, tomba comme un cheveu sur la soupe. De pauvres, ils passèrent immédiatement à millionnaires. Une vie bascula brusquement. Dimitri passa d'homme de ménage à majordome de la nouvelle demeure de ses parents. Il en était fier, éduqué ainsi, modelé pour cela. Il n'était plus un membre de la famille, mais bien un employé et cela, il en était convaincu.
10 ➞ Accompagner la petite dernière des propriétaires pour prendre une glace fut propablement le meilleur choix de sa vie. Petite princesse, ne réalisant pas que cet homme majordome n'était autre que son frère de sang, elle le traitait comme le moins que rien qu'il était à ses yeux. Ce n'était pas réellement cela l'important. Dimitri alla chercher la glace pour sa princesse et ce jour-là, il ne revint pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Description rapide : 1m70,75. Brun, cheveux noirs et mèche bleutée. Regard aussi noir, pénétrant. Ne parle pas beaucoup. Associable.
★ (Time Left) : 494

Description rapide : 1m70,75. Brun, cheveux noirs et mèche bleutée. Regard aussi noir, pénétrant. Ne parle pas beaucoup. Associable.
★ (Time Left) : 494
Believers

Mer 20 Sep - 0:13

Le staff et moi-même avons le plaisir de te valider.
Tu peux ainsi aller recenser ton avatar.
Faire ta fiche de liens.
Si tu as encore ton portable sur toi, c'est ici.
Demander un rp.


Si tu ne l'as pas déjà lu,
je te conseille le guide du nouveau joueur,
tout y est résumé!

Bon courage!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je te raconte mon histoire - Dimitri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Père Castor, raconte nous une histoire! - Neal
» Yvain ou le Chevalier au lion
» Les Trois Bossus ménestrels de Durand de Douai
» "Maman raconte moi une préhistoire !!!"
» [Libre] Raconte moi une histoire s'il te plaît

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nara-shi :: Bien débuter :: Présentations :: Créations :: Validés-
Sauter vers: