AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 :: High School :: Bâtiment II :: Dortoirs des filles :: Chambre n°9 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alcool, origami et impure-thé ! - Ft. Aislinn

avatar
★ (Time Left) : 143
Modératrice
Voir le profil de l'utilisateur




Madyson V. Benett
Modératrice
Lun 20 Mar - 20:07
Rule 43 :▲
The more Beautiful and Pure a thing is - the more satisfying it is to corrupt it.

Que fait une adolescente à gambader dans les couloirs avec une bouteille d'alcool ? C'est.. Une courte histoire qui se résume en : L'envie de détruire la pureté de l'agneau mignon qui lui sert de colocataire de chambre.
Oh que oui c'est satisfaisant, satisfaisant de savoir que tu seras peut-être la première à lui faire mettre un pied dans le merveilleux monde de la perte d'innocence. Maintenant ce qui va être drôle c'est de la convaincre, parce que non, les enfants disent pas toujours oui quand on leur propose des bonbons à l'arrière d'une camionnette.. Ow, peut-être la comparaison est poussée un peu trop loin.
En zigzaguant comme ça dans les couloirs, on pourrait facilement croire que tu t'étais déjà enfilé la moitié de la bouteille, mais c'est faux. Du moins en partie. De un, tu marchais de cette façon juste pour surveiller et éviter les portes, si on te voyait comme ça, bonjour la réputation ! L'image qu'on a de toi de petite gamine naïve va se faire jarreter à grand coup de pied. Et là tu pourras dire adieu à ces petits moments de plaisirs sadiques, vu que malgré ton air de poupée t'arrives quand même à vouloir saouler ta coloc, ce qui n'aide pas vraiment pour attirer la confiance ou forger de bonnes relations. Et de deux tu en avais juste pris un petit peu *tousse*, histoire de jauger le nombre de verres qu'elle va devoir avoir sous le nez pour voir flou et pas penser clair. Bwarf, au pire, juste un verre suffira pour que tu sois comblée de joie et ta bêtise accomplie.
Une fois dans la chambre, c'est là que ta vraie mission, si tu l'acceptes, commence :
Personne dans la chambre :Check.
Mode yeux-de-petit-chaton :Programmé.
Fouiner dans ses affaires :..En cours.
Mise en place de l'opération consistant à collecter le plus d'informations sur elle pour pouvoir lui faire une excuse sur mesure. Mais tu ne trouvas rien dans ses carnets et dans les feuilles sur son bureau, à croire que ses affaires sont aussi vierge d'infos que son casier judicaire. De toute manière tu pourras facilement improviser... Si tout ce passe bien.
En attendant tu ne tiens plus en place, soit à cause du stress, de l'alcool ou de l'excitation. La curiosité l'emporte et tu reprend une gorgée, t'habituant doucement au goût, tu remercies la personne qui t'as passé ce sacro-saint breuvage, toi qui n'aurais pas pu te présenter pour acheter de l'alcool vu ta bouille sans ne pas être prise au sérieux. Malheureusement c'est toi qui a dû t'occuper du trajet, alias le sale boulot, avec l'impression de jouer ta vie à chaque tournants. En parlant de trajet tu ne savais pas vraiment où en était Aislinn, si elle allait rentrer dans 15 ou dans 79,47 secondes, dans 1 ou 23 ans, et ce n'était plus ce qui importe. Là tu n'avais pas à te cacher, tu n'étais plus en train de fouiller, d'ailleurs c'était plus qu'ennuyant comme ça.. Ohh ! Mais c'est qu'elle te fait du coin de l'œil cette feuille de papier là bas, ça fait longtemps que tu n'avais pas vendue ton âme à l'enfer des origamis. Et c'était ce qu'on pourrait appeler "le bon moment, ou pas", pour lui en faire cadeau. Il faut bien faire passer la pilule ! Tu cédas aux avances de la feuille dragueuse et tu commences à découper le papier superflu, plier, replier, plis et.. Tadam ! Un oiseau fait en 3 minutes, "c'est l'intention qui compte", non ? Hehe~
Tu sautillas sur tes pieds qui ne touchaient pas le sol au niveau du ton lit trop haut, bondissant joyeusement vers la porte, gardant le même rictus qu'au départ, à croire que tu étais immunisée contre les crampes. Tu collas ton oreille à la porte, en croyant avoir entendu des pas, ce qui d'ailleurs l'étaient. Tu ouvris la porte apercevant furtivement la silhouette de ta proi- camarade, ce qui te poussas à ouvrir la porte et lui sauter dans les bras en criant :
"Saaalluuttt !" Sans lui laisser le temps de répondre/réagir tu la lâcha et lui mis l'origami devant les yeux, reprenant : "Tiens, c'est pour toi ! J'ai plein de truc à te montrer, t'étais où ?"
Et tu finis par te mettre du scotch sur ta bouche qui débitait des questions à une vitesse et sur un ton joyeux insupportable pour tout émo qui se respecte, la regardant en souriant sur le seuil de la porte. Bon sang.. Qu'est-ce qu'on a fait pour que tu deviennes comme ça ?    
© 2981 12289 0



C'est pas ma famille:
 

Les adorateurs de Phoques ~!:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 555
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur




Aislinn Marswall
Administratrice
Mer 22 Mar - 17:33
'
FEAT
MADY
Alcool, origami et pureté
La première fois que Aislinn avait vu Madyson Benett était dans un placard. Et quand une relation part sur ce pied d’étrangeté, elle ne peut que rester sur ce même pied d’atypique. Il paraissait que lorsque vous partagiez une expérience périlleuse avec quelqu’un, vous vous sentiez tout de suite plus proche de cette personne. Pour notre douce alienne, cela avait été tout de suite le cas – même si sa vision de la sociabilité était un peu erronée-.  Quand elle s’était rendue compte que l’inconnue du placard était sa colocataire, elle s’était jurée de la protéger coûte que coûte de ce genre d’expériences douloureuses.

Elle n’avait bien sûr même pas envisagé une seconde que sa colocataire puisse être celle qui lui apporterait des problèmes, et dont elle devrait se protéger.

Après avoir fini les cours, cette après-midi-là, elle était partie dessiner tranquillement dans la bibliothèque. Ses traits délicats, pendant à peu près deux heures, eurent le temps de dessiner plusieurs visages, plusieurs paysages. Son pays d’origine commençant à lui manquer de plus en plus, elle s’était mise à dessiner les paysages de son jardin, des parcs, des grandes villes, à partir d’un livre d’images qu’elle avait trouvé dans une des étagères ou de sa propre mémoire. Quand elle en fut lassée, son chemin se fit, comme à son habitude, jusqu’aux dortoirs.

Et quelle ne fut pas la surprise de notre enfant quand la petite blonde lui sauta dans les bras, après avoir ouvert la porte à la volée en entendant ses pas. Elle laissa s’échapper un hoquet de surprise alors que l’enfant lui criait dans les oreilles et la questionnait sur ses occupations précédentes. Elle attrapa l’origami que la plus jeune lui tendait, encore un peu sonnée. Lorsque la rousse eut repris ses esprits, la rousse remarqua qu’elle n’était certes pas dans son état normal… Ses joues étaient rosées, et elle semblait beaucoup trop excitée. Dans un élan d’inquiétude, elle attrapa son visage entre ses mains :

«  MADY ? Tu as de la fièvre ? »

Puis, poussant Madyson à l’intérieur de la chambre, en toute panique, en remarquant que les courants d’air froid pourraient empirer l’état de sa petite protégée : «  Va te mettre au lit, avant que ça n’empire ! »

Avec sa force de crevette, notre alienne tenta tant bien que mal de la faire asseoir sur son lit.

La satisfaction de voir la douce enfant assise lui firent remarquer quelques éléments importants de la situation dans laquelle elle était. Par exemple, le fait que l’origami que la petite lui avait fait ressemblait étrangement à une des pages d’un de ses nombreux carnets. Et entre autres la bouteille  contenant le liquide défendu – enfin techniquement la jeune fille y avait le droit - qui reposait pas loin d’un bazar qui ressemblait à ses affaires .

« Mais… Qu’est-ce que cette bouteille fait là… ? »

Les liaisons se firent alors dans son cerveau, et la situation lui parut claire comme de l’eau de roche.

«  Attends, Mady, tu étais en train de… boire ? Murmura-t-elle, hésitante, comme si le mot tabou était sorti de sa bouche, comme si elle adressait des accusations si graves à sa colocataire que si elle les prononçait trop fort, elle risquait la punition divine. »

Elle ne préféra pas relever ce qu’il se passait avec ses affaires, supposant que emportée par l’alcool, Madyson avait du trébucher dans son tas de feuilles et de carnets – qui n’étaient vraiment pas très biens rangés, ça aurait été entièrement plausible – et qu’attirée par une feuille volante, elle en avait fait un joli cadeau pour lui montrer son affection.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 143
Modératrice
Voir le profil de l'utilisateur




Madyson V. Benett
Modératrice
Lun 3 Avr - 21:22
Rule 43 :▲
The more Beautiful and Pure a thing is - the more satisfying it is to corrupt it.

Huhuh~
Tu ne savais pas que tu tenais aussi mal l'alcool, et là tu n'éprouvais aucune culpabilité sur l'état dans lequel tu avais mis ta colocataire, alors qu'en temps normale tu aurais vite cédé. Elle avait prit le temps de te pousser dans la chambre et de t'installer sur le lit. Outrée, elle finit par te demander en voyant la bouteille, ses papiers étalés par terre, et tes joues légèrement roses :
"Attends, Mady, tu étais en train de.. Boire ?"
Tu éclatas de rire, pour aucune raison apparente, tu pouvais lire l'inquiétude mêlée à la surprise dans ses yeux et tu t'en régalais. Profitant d'un moment d'inattention tu te levas et pris la bouteille :
"Un peu, mais ne t'inquiète pas pour moi !"
Un sourire élargissant ton visage, tu te dandinas d'un pas joyeux vers elle en lui présentant la bouteille de la même manière que l'origami de tout à l'heure, mais cette fois tu lui retiras de devant les yeux juste après, pour pouvoir la coller près de ton visage, continuant :
"T'en veut ? Tu sais, j'ai toujours eu envie de sensibiliser les gens sur ce sujet depuis ce que j'ai lu dans un livre.. Et on ne m'a jamais prit au sérieux" Ton expression changea aussi vite que le ton de ta voix, qui elle s'était brisée sous la mélancolie du discours. L'alcool avait l'air d'améliorer ton jeu d'acteur, toi qui voulait tout miser sur la carte de la tristesse, là tu avais presque réussi à lâcher une petite larme.
"-J'avais pensé que si je.. Tu pouvais au moins en prendre un peu ça pourrait grandement m'aider, tu veux bien ?"
Une fois ton monologue finit, la larme finit par tomber, et une autre, dans un couinement aigu. Tu posas la bouteille et tu entouras sa taille avec tes bras dans un câlin plein d'émotions. Mais tout ce cinéma sentait très mauvais, une partie de toi te disait d'arrêter avant que ça ne tourne mal, l'autre voulait réussir à apprécier cette farce jusqu'au bout.
© 2981 12289 0



C'est pas ma famille:
 

Les adorateurs de Phoques ~!:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 555
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur




Aislinn Marswall
Administratrice
Mer 12 Avr - 18:26
'
FEAT
MADY
Alcool, origami et pureté
Sous ses yeux ébahis, Mady se levait rapidement vers son lit pour retourner vers la bouteille. Elle était comme ces enfants... aussitôt éloignés d'un truc qui pourrait les blesser, ils y retournaient, fascinés. Elle rigolait, amusée par la situation, mais face à elle la plus grande n'était pas du tout amusée. Même qu'elle se demandait comme s'en sortir avec cette enfant turbulente. Et encore plus quand elle vint, complètement pétée, vers elle avec une mine toute joyeuse pour lui en proposer à elle aussi.

Techniquement, Aislinn avait le droit. Elle avait 18 ans, et même chez elle, et non pas à Nara-shi. Mais... Elle n'aimait pas ça. Le goût n'était pas assez doux, déjà, et puis c'était beaucoup trop dangereux, et personne n'y faisait rien. Et en plus, là, cette source d'accidents et autres malheurs était tenu par une petite fille. La petite avait cherché à faire entendre ce que tout le monde passait sous silence, et  la rousse pouvait comprendre, mais...  Madyson avait une drôle de manière de sensibiliser les autres. Comme si quelqu'un venait lui dire de ne pas prendre de drogues sous l'emprise de drogues, quoi. C'était pas très pédagogique. Mais chez une jeune fille qui n'en avait probablement jamais goûté et voulait voir ce que cela faisait réellement, peut être.

Soudainement, sans que la rousse ne s'y attende, Mady sortit les yeux pleins de larmes parfaitement attendrissants. Peut être qu'une âme forte y aurait résisté, mais l'alienne n'avait définitivement pas une âme forte. Et, alors que la blonde plaidait encore sa cause, elle attrapa la bouteille froide entre ses petites mains chaudes. Même si elle était déjà résolue, le câlin de l'enfant n'arrangea pas sa situation. Elle venait définitivement de signer la fin de sa pureté.

" Très bien Mady. Je vais en goûter. "

Elle retira le bouchon de la bouteille, et mit le liquide à portée de ses yeux en le faisant tourner pour l'observer de plus près. Bon. Si elle n'en prenait pas trop, cela devrait aller. Elle porta alors le goulot à ses lèvres puis sentit le liquide couler contre son gorge et la brûler alors qu'elle en prenait une première gorgée.

La rousse fut surprise de ne pas détester ça autant que prévu.

" Hum... Je suppose que ça va. Satisfaite ? "


Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 143
Modératrice
Voir le profil de l'utilisateur




Madyson V. Benett
Modératrice
Lun 15 Mai - 19:43
Madyson V. Benett a écrit:
Rule 43 :▲
The more Beautiful and Pure a thing is - the more satisfying it is to corrupt it.

"-Très bien Mady. Je vais en goûter."
Ahhh ! Qui qu'c'est la patronne !
À cet instant, c'est la joie qui prit le dessus de l'inquiétude qui s'était installée peu à peu, maintenant elle l'avait forcé à prendre la porte et à fait valdinguer tes pensées par la fenêtre dans l'élan de l'alcool et du soulagement.
Alors que pendant ce temps tu la fixais porter la bouteille à la bouche, comblant ton excitation pas de petit saut et un grand sourire.
"-Hum... Je suppose que ça va. Satisfaite ?"
Tes yeux dérivèrent de la bouteille pour se fixer dans ceux d'Aislinn.
"- Tu pouvais pas me rendre plus heureuse ! Mais attend.."
Tu t'arrêtas quelque secondes lui faisant signe de ne pas bouger,la poussant légèrement, elle ne flanchait pas. Tu mis ta main sous ton menton dans une pose de penseur et tu pris un carnet dans le tiroir où tu mettais généralement tes affaires. Tu revins devant elle et repris :
"-Bien ! J'aurais besoin que tu répondes à quelques questions.. Après par contre, tu pourras en reprendre un peu ? C'est pour au moins aller jusqu'au bout de l'expérience.." Ta voix faiblie et tu baisais les yeux, tu n'avais pas échappais au détail qu'elle était sensible au "mignon" et au moue triste, si pure, si adorable. "- Oh euh pardon, je divague. Aheum, première question ; Comment tu te sens ?"
De 1, tu venais de t'apercevoir que tu avais menais toute la conversation sans qu'elle puisse répondre mais aussi sans accrocher, ce qui était questionnable pour une personne qui venait de boire la moitié d'une bouteille d'alcool. Et de 2, tu commençait à légèrement prendre goût à ce jeu du docteur ou psychologue en consultation, face à son client. Bien qu'un médecin censé ne demanderait pas à ces patients de boire devant lui, alors qu'en venant ici ils étaient parfaitement sobres.

© 2981 12289 0



C'est pas ma famille:
 

Les adorateurs de Phoques ~!:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ (Time Left) : 555
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur




Aislinn Marswall
Administratrice
Mer 28 Juin - 18:42
'
FEAT
MADY
Alcool, origami et pureté
Aislinn fondait devant la joie qui avait éclairée le visage de la petite blonde, lorsqu'elle avait fini sa gorgée d'alcool. Même qu'elle sautillait. Il fallait si peu pour combler les enfants... Elle était sur le point de mettre la main sur son cœur pour la regarder avec des yeux attendris quand la boule d'énergie se dirigea vers un tiroir pour en sortir un carnet et prit une attitude de professeur en lui demandant de répondre à ses questions. Soudainement sérieuse, Aislinn s'assit sur le rebord de son lit, toujours la bouteille à la main, prête à répondre à n'importe quelle question qu'on pouvait lui donner.

Par contre, pour ce qu'il était de sa requête d'en prendre encore un petit peu, encore... Était-ce nécessaire ? Mais c'est vrai qu'avec ce qu'elle avait bu, ça n'aiderait pas trop la petite dans son enquête.  Elle regarda avec une certaine répugnance la bouteille, puis à nouveau, vit le visage souriant de l'enfant se dessiner dans son esprit. C'était trop tard pour notre rousse, elle était tombée tête la première dans les pièges de sa colocataire. Fermant les yeux, elle se décida à reprendre une... deux... trois... quatre gorgées. Elle grimaçait en sentant à nouveau cette sensation de brûlures au fond de la gorge puis... elle s'y habitua.

La question de sa camarade la heurta presque et elle tenta de se concentrer suffisamment pour y répondre, essayer de décrire le brouillard qui s'épaississait dans sa tête.

" Hum... Et bien... C'est un peu... confus ? Non, en fait, complètement confus. Et j'ai envie de juste de me mettre en boule. Et de rouler. Comme ça. Je veux dire, en boule. C'est normal, Madyson ? "

Ses actions suivirent ses paroles, et avec des gestes maladroits, elle laissa ses fesses glisser contre le bord du lit pour finalement toucher le sol. Elle se mit en boule, vraiment. Mais elle ne roulait pas. Du moins, pas encore. Elle en avait très envie, et elle ne savait pas du tout pourquoi. Il fallait le dire, se mettre en position fœtale et rouler, ça n'avait absolument aucun intérêt,e t dans sa propre tête, elle le savait? Elle en avait tout simplement envie. Pas besoin, quand même. Mais envie.

Quand elle se rapprocha de la petite blonde pour voir ce qu'elle écrivait sur son carnet, et si il y avait beaucoup d'autres questions, quelque chose au fond d'elle-même savait que tout cela finirait très mal, mais ce quelque chose décida de fuir très vite avant de voir la catastrophe.



Cover my eyes tonight
I remember the clouds in the summer and how the light kissed my eyes. When I was a child, it was always this, a life that I left behind. Remember the sun, remember the rain, they're never gonna touch me again, tonight. Cover my eyes, tonight. Don't let me see the light.

Magnifique version Pokémon par Kai:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nara-shi :: High School :: Bâtiment II :: Dortoirs des filles :: Chambre n°9-
Sauter vers: