RèglementAvatarsPredefinisGuide du nouveauPartenariat
nara-shi
Depuis la nuit des temps, quelque part au fond du monde, se trouve Nara. Nara, petite île qui referme une ville de caractère, réputée auprès des monstres de tout les horizons, et de tout les endroits de la Terre, pour son lycée. Il y accueilles les êtres de la nuit, quels qu'ils soient, pour les former à devenir des êtres exemplaires du monde sombre et effrayant. Du passé, du présent, ou du futur, chacun vient à se côtoyer sur cette île intemporelle où nul ne grandit, nul ne voit le temps passé, et nul ne sait comment expliquer l'étrangeté de cet endroit ... magique. Dans un monde inversé où l'on vit la nuit, comment se passera l'entente entres les races ? Bienvenue à Nara-Shi, le lycée des monstres !
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez|
Un doigt en encas. [pv Slyve]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

★ (Time Left) : 123

★ (Time Left) : 123
Undead

Mar 28 Mar - 21:55
Cela faisait un moment que la nuit est tombée. Je n'ai pas bougé des toilettes. Assis entre deux des lavabos, je contemple le plafond et la tache étrange qui semble être la dernière chose de sensée ici. Car les robinets qui suivent le mouvement pour au final éjaculer de l'eau, les tourbillons des toilettes qui emportent tout avec une pression. Rien n'a de sens. Tout part de tout les côtés. Ça n'a véritablement aucun sens. Il n'y a sûrement pas à en chercher. Je préfère regarder la tâche au dessus de moi, elle ne bouche pas. C'est un sens. Je ne bouge pas non plus. C'est un sens.

La nuit est tombée, cela fait un moment. J'entends pour la seconde fois de la soirée la porte s'ouvrir. La première fois, on ne m'a pas vu. Il a fait sa commission et il est reparti. Il puait. Une odeur de ceux qui ne se lavent pas des jours durant. Ils ne sont pas agréables à déguster. Je n'ai donc pas bouger, économisons l'énergie. Mais cette fois, l'humain est assez réveillé et il me voit. Il me fixe, il a l'air d'avoir peur, ça a un sens.

Depuis un moment, la tombée de la nuit est là. Je le fixe en retour, il ne pue pas. Il n'a pas l'air bien dodu, mais ça ira. J'ai toujours faim en ce jour. Je fais l'effort de me relever et c'est sans surprise que je suis plus rapide que lui. Sa main et déjà dans la mienne et je le tire déjà contre moi. Mes yeux sont raccrochés aux siens et j'observe ce qu'il pourrait faire en cet instant. Fuir, impossible. Se battre, impossible. Parler, peut-être. Je dois lui laisser le temps, mais pas celui de crier. Je mets donc ma main sur sa bouche et m'apprête à tout lui expliquer. Ça fait sens.

« Je ne peux pas te tuer. On me gronderait. Alors ne crie pas, je veux juste te manger un doigt. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité

Mar 28 Mar - 23:54
La nuit, quel fascinant paysage, il représente à la fois l'espoir qu'un nouveau jour se lève et les ténèbres qui n'arrêtent pas de nous hanter, je n'étais pas fatigué, j'avais malencontreusement bu trop de café, pour tenir éveillé pendant la plupart des cours. Les étoiles brillaient depuis ma fenêtre, c'est magnifique. Je regardais mon lit, j'avais plutôt envie de dessiner. Je m'assis devant ma fenêtre et je commençais à dessiner, ce paysage qui me faisait rêver, un jour quelqu'un trouvera sûrement un moyen pour vivre sur tout ces étoiles qui rayonnent dans le ciel. Je pris ma couverture sur moi et je continuais mon dessin. J'utilisais mon pouvoir pour rajouter des couleurs, à mon dessin, le sol de ma chambre était déjà bien coloré, ce qui me fit sourire énormément. Je passais une bonne soirée pour une fois, je m'étirais un peu et regardais, mon colocataire dormait. Je sortis mon téléphone pour mettre un peu de musique, mes écouteurs sur mes oreilles, je laissais défiler les musiques, après tout, j'aimais tout les styles de musiques et la playlist passait tout les genres.

-Je n'ai vraiment rien à faire.

Je venais de terminer mon dessin, je mettais un post-it avec les indications de la date et de l'heure et je partis au toilette pour une soudaine envie. Ce devait être à cause du café, j'espérais être seul, ça me faisait peur de voir un inconnue aux toilettes, je suis toujours persuadé, qu'on nous juge en permanence. J'entrais dans les toilette, je sens quelque chose, à peine arrivé, qu'on m'agresse déjà. Qu'est-ce que j'allais encore subir moi? On me prend la main, des doigts écailleux me touche, j'en frissonne par pure peur, j'ouvre les yeux, il me regarde en plein dans les yeux, il met son autre main sur ma bouche, je ne me débattais pas, j'avais trop peur et j'en étais paralysé. Je le regarde, il était vachement particulier, il m'interdit de crier et il m'indiqua qu'il voulait me manger un doigt. Il était cannibale? Génial, je vais au toilettes et je me fais agresser, vie de merde. Je n'osais rien dire, je tentais de prendre mon courage à deux mains et je baissais la tête, j'étais plus que faible. Je dis tout bas:

-S'il vous plaît... Mangez tout ce que vous voulez sauf quelque chose sur mes bras, pitié. Je vous en prie.

Je me mis à pleurer, la pression, le stress et la peur, je voulais fuir, mais il me bloquait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

★ (Time Left) : 123

★ (Time Left) : 123
Undead

Jeu 30 Mar - 1:17
Je ne comprendrai jamais les hommes. Ils mangent tous de la viande. Ils mangent tous au réfectoire. Ils savent tous qu'il faut tuer un être vivant ou au moins l'amputer pour qu'on puisse en manger la chaire. Dans ce cas pourquoi ont-ils peur quand quelqu'un les previent poliment de ses intentions? Je ne suis pas désagréable, je ne tue pas. Je ne déstabilise pas. Je ne comprends pas pourquoi cet homme pleure. Déteste-t-il la viande des disparus de Nara-Shi qui se retrouvent pourtant dans son assiette? Je suppose. Sinon il accepterait l'idée d'être un steak sur pattes. Moi, je l'accepte.

Manger, c'est savoir qu'on peut être manger en échange. C'est ainsi que fonctionne la nature, et ce monde en général. Il ne changera pas cette règle, alors pourquoi crier et se battre? Rester sage et accepter est la seule option raisonnable.

Il me fait un peu pitié en vérité. Il est une proie facile pour tout. Mais il l'est peut-etre encore plus car il peut être utile. Une idée qui pourrait nous aller à tout les deux grandit en moi. Je me dois de lui dire, toujours poliment. Je ne veux pas retourner dans la salle blanche du directeur.

"Je voulais te manger un doigt à la base et en garder un pour quelqu'un. Mais si tu veux, je peux éviter de te manger si tu acceptes un marché sur le long terme."

Le marché me semble honnête.

"Toutes les semaines, à la même heure et au même jour de la semaine qu'aujourd'hui... tu m'apporteras quelqu'un."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité

Ven 7 Avr - 16:36
J'en avais marre de cette endroit rempli de fou furieux, il y avait de tout ici, j'avais plusieurs fois tenté de me tuer mais ma scarification était assez inutile et n'avait pas réussi à me faire partir d'ici, j'ai arrêté le nombre de fois où je me suis cogné contre ce foutu mur gigantesque. Je me demandais qui était en face de moi, la vraie question à mes yeux c'est "Qu'est-ce qu'il était ?". J'avais peur, ça se voyait sur mon visage qui voulait hurler. Cette sorte de lézard voulait me manger, il était cannibale ce monstre, c'était méchant de le traiter comme ça, mais il voulait quand-même me bouffer des doigts, ce n'était pas humide. Je réfléchissais, je devais bien avoir un cours sur les reptiles dans mon cerveau, un film me revenait en tête, Voyage au centre de la terre, je ne savais même si c'était le premier ou le deuxième mais un groupe se fait attaquer par une sorte de lézard géant, et il fut attiré par le feu, peut-être que là, ça allait marcher, mais je ne fumais pas, donc je n'avais aucun besoin d'avoir un briquet. Je le regardais mes yeux suppliant l'homme-reptile en face de moi. Il me proposa de faire un marché sur le long terme, je hochais la tête vivement, je préférais ça que de mourir.

-Tout ce que vous voulez...

Je devais apporter quelqu'un à la faucheuse toutes les semaines, j'allais sûrement me dégoûter au point de retenter à me donner la mort. Je continuais de pleurer sans m'arrêter et je dis:

-D'accord...

Je me détestais, j'allais sûrement reprendre ma scarification tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

★ (Time Left) : 123

★ (Time Left) : 123
Undead

Lun 10 Avr - 20:20
Je ne comprend toujours pas pourquoi cet agneau pleure. Il n'est plus en danger, l'a-t-il au moins remarqué ? Je ne pense pas. C'est bien triste. Je ne compte pas lui faire quoi que ce soit, au contraire. Si je peux l'aider je le ferai, il est sous ma protection en tant que nourricier. Je le libère doucement, de façon à ne pas lui faire mal. Maintenant, il faut que je trouve comment le calmer. Je ne veux pas attirer l'attention.

« Calme toi. »

… Ce n'était pas forcément le plus intelligent à faire. Je regarde tout autours de moi, assez mal à l'aise par ce les bruits qu'il fait. Je ne comprend pas pourquoi il pleure... Est-ce qu'il pense que je vais le tuer ? S'il savait... La chambre blanche est bien pire que la mort. Je n'y compte plus m'y rendre. Tranquillement, ma queue se pose sur sa tête et je la caresse.

« Je ne te ferai pas de mal. Je n'ai pas le droit de tuer. »

Je le fixe dans les yeux. Pas un instant je ne cligne les yeux. Je n'en ai presque pas besoin. Lui par contre, avec toutes ses larmes, il en a la nécessité. Je penche la tête. Est-ce qu'il a peur d'être mangé ?

« Je t'ai dit que je ne te mangerai pas. Si tu as des questions qui peuvent te permettre d'arrêter de... faire ce que tu fais, je veux bien y répondre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Un doigt en encas. [pv Slyve]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» On ignore toujours d'où venait le doigt dans le chili...
» Shigan... la perceuse du doigt !
» QU AVAIT IL SUR SON DOIGT ?
» Silivrien
» recettes de cuisine de papy billou :o)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nara-shi :: Hors-jeu :: Cimetière :: Rp-
Sauter vers: