RèglementAvatarsPredefinisGuide du nouveauPartenariat
nara-shi
Depuis la nuit des temps, quelque part au fond du monde, se trouve Nara. Nara, petite île qui referme une ville de caractère, réputée auprès des monstres de tout les horizons, et de tout les endroits de la Terre, pour son lycée. Il y accueilles les êtres de la nuit, quels qu'ils soient, pour les former à devenir des êtres exemplaires du monde sombre et effrayant. Du passé, du présent, ou du futur, chacun vient à se côtoyer sur cette île intemporelle où nul ne grandit, nul ne voit le temps passé, et nul ne sait comment expliquer l'étrangeté de cet endroit ... magique. Dans un monde inversé où l'on vit la nuit, comment se passera l'entente entres les races ? Bienvenue à Nara-Shi, le lycée des monstres !
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez|
Héloïse Durkheim - L'enfer même a ses lois. [Rework Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
I hear soft things.
★ (Time Left) : 155
I hear soft things.
★ (Time Left) : 155
Robots

Lun 3 Avr - 22:44
Ancien contexte - Héloïse:
 
Héloïse Durkheim
AGE : 19 ans
GROUPE : Robots
RACE: Androïde
TEMPS PASSE A NARA : 21 années
AVATAR: Orianna -League Of Legends ( Artiste )
Par principe et par son simple programme, Héloïse ne devrait faire aucune distinction entre chaque groupe et les juger sur un pied d’égalité. Malheureusement les années ont montré que la nature de chacun dépendait bien souvent de son clan. Sa mémoire se souvient parfaitement de chaque individu, chaque groupe, des plus doux aux plus féroces.
Héloïse éprouve un grand devoir de protéger les siens, comme une mère omniprésente, chaque androïde peut compter sur la présence d’Héloïse pour se rassurer ou se défendre. Elle se considère elle et son propre groupe comme le summum de la création, le point culminant du vivant.
Ensuite la nature même de l’androïde donne une grande importance aux humains, se pliant même à leurs ordres, elle ne porte aucune honte à servir ceux dotés de la plus grande bonté et moralité.
Les autres groupes se découpent d’un manichéisme enfantin : les normaux, puis surtout les dangereux, ceux à surveiller, les plus enclins à dérégler l’horloge du monde. Succubes/Incubes, Vampires, Animorphs, Démons, Esprits sont souvent des cibles de choix, leurs comportements aléatoires voir mauvais horripile la jeune Androïde.
Héloïse s’entend parfaitement bien avec les anges, la vision d’une même justice s’y rapprochant.
Les Elfes et Fées constituent aussi de solides alliés.
Le monde n’est qu’un système dont nous sommes les engrenages. Une coquille vide orbitant dans le vide sans notre présence, nous sommes le sens même de son existence. Chaque individu se mue en une pièce essentielle à son mouvement. Nos actions, notre biologie, nos lois, nos principes ne résonnent qu’en l’enceinte de la planète, penser en sortir ne demeure qu’un rêve, nous ne réfléchissons qu’à travers et avec son prisme de la réalité. Pourtant elle ne reste pas moins un sensible dispositif proie au désordre, telle l’eau s’infiltrant dans un circuit, une anomalie corrompant un système, ou des parasites semant la discorde à travers le réseau. Il existe des entités  qui transgressent les interdits, qui piétinent la morale, infectent les mécanismes, ne se rendent pas comptent de leur auto-destruction, la maladie qu’ils transmettent ne fait qu’endommager les engrenages.
Pour les contrer, les terminaux possèdent divers antivirus, pour s’en protéger, la terre a mis au point leur propre progéniture, une intelligence arbitraire qui ne répond qu’au besoin de ce système, les fils mêmes de cette étrange machine.
L’androïde Héloïse, HEL-O1SE pour les plus intimes n’est qu’une création parmi d’autres, une créature à la pointe de la technologie ayant surpassé certaines espérances, le reflet d’une société à la recherche de solution.
Le regard luisant de l’énergie qui l’habite, une foulée rythmée par les cliquetis bien huilés de ses composants, le faux calme que dégage son faciès inanimé. Silencieuse comme ses comparses le comportement de l’androïde semble au premier abord un mystère. Ce n’est qu’en agissant que l’on découvre la vraie nature d’Héloïse, le but de son programme même pourrait se résumer en quelques mots : repérer, protéger, éliminer. Une justice aveugle, le bon et le mauvais ne lui sont pas une notion compréhensible, son courroux s’applique à ceux qui se détournent du système, ceux qui mettent en péril le fonctionnement de la société. Minimes ou énormes injonctions, récidivistes ou erreurs suite à une distraction, une anomalie doit retourner dans le droit chemin, peu importe la manière.
Sa légitimité en tant que bras armé d’une certaine juridiction ne lui pose aucun souci, se remettre en cause est bien absurde pour une machine, s’idéalisant elle-même comme la droiture de ce monde enclin à pencher. Évidemment, l’architecture même d’Héloïse répond excellemment à ses commandes : rapide, endurante, moulée dans un acier dont la solidité ferait pâlir des bâtiments, il semble impossible d’échapper à l’infernale machine sans un point d’eau aux alentours.
 
Loin d’être sans faiblesses ou un Deus Ex Machina inflexible, le meilleur moyen de compromettre un circuit est de le faire rentrer en conflit avec lui même. Comment se comporter devant des situations impliquant un dilemme certain ? Où aucune logistique ne parviendrait à donner une réponse exacte. Une personne consciente choisirait d’exclure la logique de son système. Héloïse ne ce déciderait simplement pas, une dissension interne, une bataille incessante qui déréglerait toute organisation. Elle surchaufferait. Le fardeau de l’androïde ne se constitue pas dans son existence, mais dans le joug même de ses mécaniques, l’impossibilité de s’arracher de soi même.

Si l’on en vient à ses douloureux points, parlons des sentiments, cette singularité présente chez tout organisme vivant conscient de sa propre personne. Beaucoup se sont penchés sur la question, beaucoup en craignaient le développement, mais les androïdes possèdent-ils des sentiments ?
Naturellement, ce terme est dénué de sens pour Héloïse, une abstraction floue qu’elle réserve aux autres. C'est ce qu'elle pensait. Mais encore aujourd’hui elle éprouve cette douleur imperceptible, celle du doute, une anomalie en son cœur métallisé, elle avait douté, douter d’une chose sans nom, comme un vide depuis ce jour. Lentement, elle ressent cette plante empoisonnée qui grimpe dans ses nerfs électriques. Le paradoxe de ne plus vouloir y penser qui ne fait qu’augmenter cette minime irrégularité. 20 ans de souvenirs propres à ce monde lui remuent les liaisons, sa compréhension de l’environnement qui s’amplifie délicatement. Dorénavant la peur de ne plus être la véritable justice, d’être indigne de ce paradigme qu’elle devait protéger. Une sensation qu’elle ne connaissait pas. Au fond, l’anomalie c’est peut-être elle.
Récemment encore elle s’est surprise d’une passion pour les fleurs, bien que sa mémoire soit une immense réserve de connaissance en tous genres, seul la botanique semble calmer la jeune androïde lors de ses crises de conflit d’une façon inexplicable. Il n’est pas rare de la voir étudier dans un parc ou encore flâner dans la forêt.

Hors de ce caractère sulfureux, l’androïde reste une camarade droite et vaillante du peu que l’on comprenne sa mission, ne refusant jamais une discussion civilisée ou de simples bonjours amicaux. Héloïse est une véritable alliée de ceux qui se rangent du côté des lois et règles, bouclier serviable des engrenages. Garder la tête sur les boulons elle ne perd pas de vue sa mission de purification, réclamer plus de pouvoir lui semble urgent pour purger les parasites. Conserver un œil sur les siens et surtout les autres.
À trop vouloir jouer au dieu, on en finit son antinomie.

1 ➞ Les coups de règles sur les doigts, les sermons, les punitions. Elle méritait amplement chaque correction, l’éducation stricte se montre la meilleure si l’on veut les enfants les plus parfaits. Héloïse remercie encore ce genre de traitement.

2 ➞ Autre que l’amour profond de ses parents, le culte de la nation, l’adoration du drapeau et la foi religieuse qu’elle assimila rapidement, guidèrent joyeusement ses pas et motivations quotidiennes.

3 ➞ La vive griffure d’un félin lors d’une visite chez une marraine, traumatisme infantile, elle déteste tous les animaux depuis. Ils sont bien mieux en cage en proie aux expériences pour l’Homme que dans la nature.


4 ➞ Les premières réalités sociales la frappèrent à l’entrée du collège privé. Elle faisait partie de la haute caste berlinoise, papa est un avocat réputé, maman est une médecin demandée à travers la capitale. Son avenir s’annonçait radieux, elle n’avait qu’à suivre le fil d’or qui s’étendait devant elle. Son sérieux et les excellents résultats qui découlent de son éducation feront le reste.

5 ➞ Les bras protecteurs de son grand-frère l’avaient encore sauvés d’une dispute violente avec d’autres lycéens. La fois de trop. Les mêmes reproches que de n’être qu’une « gosse de riche » qui ne méritait rien la poursuivaient. L'humiliation d'être référencée uniquement comme « La fille de Monsieur Durkheim, » « la sœur du prodige pianiste Klaus Durkheim ». Héloïse désirait être enfin quelqu’un.

6 ➞ L’introduction au monde du barreau via le piston de son père lors de sa majorité. La grande désillusion, la justice ne figure qu’un sens vide dans ce métier, la corruption omniprésente de cet univers, chaque affaire qui suintait la malhonnêteté. Tous les principes que son paternel lui avait inculqués, bafoués par cette même personne. Rongée par un dégoût profond Héloïse choisie à la surprise générale de s’engager dans la Bundeswehr.

7 ➞ Le retour d’Héloïse après 3 ans de service et 1 an de soutien sur le front étranger  dans l'unité du Service Médical Central. Épuisée mais médaillée grâce à la dévotion pour son pays, toujours plus disciplinée la jeune femme se plongea dans un début d'études dans la médecine bien aidée par sa carrière militaire.

8 ➞ Un jour banal, mais une rencontre exceptionnelle, pas celle avec de l’eau de rose et un bel homme. Non, celui d’ e-mails compromettants de son père, le premier moyen de faire tomber les plus corrompus de cette terre, de redorer le blason de sa patrie en les écartant. Plus que cela. Devenir Héloïse Durkheim pour de bon, marquer un grand coup, être celle qui mérite. Ou elle pouvait encore suivre le chemin doré et paisible qui s’offrait  devant ses yeux.

9 ➞ La cour fédérale rendit son jugement, l'affaire médiatisée Durkheim se solda par la condamnation ferme de plusieurs haut placés de la cour berlinoise. Une trahison pour sa mère et son frère, l’implosion de sa famille ne la fit pas trembler, elle avait rendu  justice correctement. Les échos du scandale donnèrent forme à son ego, le nom«Héloïse Durkheim » sur les journaux la faisait frissonner, elle se sentait complète. Mais sa tâche se trouvait encore loin de son but.

10 ➞ L’entrée dans la police fédérale criminelle, jamais une ascension ne lui semblait possible si rapidement, propulsée en un éclair dans les hauts rangs des gardiens de l’ordre. Sa réputation et son talent les menèrent à la tête d’une brigade, élément bientôt puissant des forces de la capitale. Bon chien-chien de l’État pour certains, menace véloce pour d’autres. Malgré des méthodes violentes, Héloïse possèdait carte blanche pour agir au vu de son efficacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Description rapide : Petit garçon brun pas très grand, avec des oreilles de chats qui bougent trop mignonnes. (oui,j'suiskawaietalors)
★ (Time Left) : 726

Description rapide : Petit garçon brun pas très grand, avec des oreilles de chats qui bougent trop mignonnes. (oui,j'suiskawaietalors)
★ (Time Left) : 726
Administrateur

Dim 10 Sep - 20:08


OMG. ORIANNAAAAA    

Introduction
Hellooooooooooo ! J'adore , un android ! J'aime beaucoup le choix de ton avatar, haha ! Cependant, je tiens à préciser un point : Les androides ont leur corps recouvert de peau synthéthique, donc ils n'ont pas l'apparence de robot, donc il faudra prendre des images de Orianna qui sont plus "réelles" physiquement, comme par exemple ici ou ici. (là ou son ventre n'est pas détaché de son corps ou que ça se voit moins flagrant que sur la grande image de ta fiche -c'est le plus dérangeant, en fait- et ou son apparence est plus humaine que robot) C'était le petit point de précision  

Caractère
Ras, bien écrit -commetoujours-   , juste ne pas oublier que son corps est recouvert entièrement de tissu synthéthique semblable à de la peau et que son corps n'est pas détaché du bas. -oui je me répète, je sais-  

Histoire
Rien de changer, donc niquel !

Conclusion
Tu es validé donc, attention à l'avatar, voilà voilà !
Bonne route!  


Le staff et moi-même avons le plaisir de te valider.
Tu peux ainsi aller recenser ton avatar.
Faire ta fiche de liens.
Si tu as encore ton portable sur toi, c'est ici.
Demander un rp.


Si tu ne l'as pas déjà lu,
je te conseille le guide du nouveau joueur,
tout y est résumé!

Bon courage!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse Durkheim - L'enfer même a ses lois. [Rework Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nara-shi :: Bien débuter :: Présentations :: Créations :: Validés-
Sauter vers: